février 23, 2020 3 translation missing: fr.blogs.article.read_time

Cette année, Michael Pellerin est un rouage important dans le succès des Saguenéens de Chicoutimi. Cependant, le défenseur originaire de Saint-Constant a dû travailler fort pour se rendre où il est. Commençant tardivement à jouer au hockey à l’âge de 7 ans, il mit les bouchées doubles à l’entrainement, notamment avec les encouragements de son oncle. Les fruits de ses efforts sont récompensés le 3 juin 2017 lorsqu’il entend son nom au 32e rang au repêchage de la LHJMQ. Les Saguenéens de Chicoutimi font de lui leur première sélection.

Lorsqu’il était jeune, Michael Pellerin ne pensait pas se rendre aussi loin dans le hockey. Pour lui, le privilège de jouer à ce sport n’était pas pour ceux venant d’une famille monoparentale. Cependant, sa mère fit des sacrifices et son oncle eut toujours été d’un bon soutien.


Il commença à y croire lorsqu’il se joignit aux Riverains du Collège Charles-Lemoyne. Encadré par Guillaume Latendresse et une bonne équipe d'entraîneurs, il peaufina son jeu pour devenir un défenseur complet.


« Je suis un défenseur qu’on dit two way ce qui veut dire que je suis fiable défensivement et bon offensivement. J’ai une excellente première passe et aussi je suis un défenseur physique, je n’ai pas peur de finir mes mises en échec. »


Comme ma sélection avec les Riverains, le repêchage est quelque chose que je ne croyais pas possible. Le 3 juin 2017, le jour du repêchage LHJMQ, c’était un rêve de jeunesse qui s’est réalisé. Il allait rejoindre son coéquipier de hockey de toujours, Félix-Antoine Marcotty, chez les Saguenéens de Chicoutimi. L’équipe du pays des bleuets en avait fait leur premier choix, 32e au total.


« Quand mon nom a été nommé, mes jambes sont devenues molles et j’avais le sourire fendu jusqu’aux oreilles. Ma famille était tout aussi émotive que moi. C’était un moment merveilleux. »


Après un dur été à l’entrainement, il commençait la saison 2018-2019 comme un régulier des Sags. C’est très stressant, car il jouait contre des hommes de 19-20 ans tandis qu’il était le nouveau de 17 ans qui devait faire sa place. Dès lors, il mettait ses bottes de travail, pour prouver à son équipe qu’ils avaient fait le bon choix.


Michael étudie en sciences humaines. Gérer étude et hockey n’est pas toujours chose facile à Chicoutimi. Géographiquement, l’équipe est loin donc il manque souvent l’école. Cela lui demande une assiduité exemplaire afin d’arriver à faire ses devoirs et étudier pour ses examens.


« Jouer avec les Sags, c’est juste incroyable, mais nous devons bien faire à l’école, car pour l’organisation, c’est quelque chose de vraiment important. Nous avons de grosses semaines d‘entrainement sur glace et hors glace, en plus de 2-3 parties en moyenne par semaine. »


En 2019-2020, Michael Pellerin performe et son équipe des Sags est une des meilleures de la LHJMQ. On dit d’eux qu’ils sont des prétendants pour la coupe. De son propre aveu, Michael dit que de jouer avec d’aussi bons joueurs lui fait apprendre énormément et l’aide à passer à un tout autre niveau. Cependant, il y a une forte pression de performance qui pèse sur leurs épaules, dû à leur statut de prétendant à la coupe.

Si Michael Pellerin a besoin de motivation, il se rappelle tout le travail qu’il a fait pour en arriver là. Il a une pensée pour sa tante qui est décédée l’année dernière. Ça l’aide à se lancer et se concentrer à atteindre ses objectifs. Dernièrement, il a fait la connaissance de David Guay de Until I’m Done, qui tout comme lui, a dû trimer dure pour pouvoir toucher le succès. Pellerin est un exemple parfait de persévérance et détermination ce qui l’identifie bien à la marque de vêtements de sport Until I’m Done.

 


#Michael Pellerin #Sags #Saguenéens #LHJMQ #Riverains du Collège Charles-Lemoyne


Inscrivez-vous à notre infolettre